Ozonothérapie

Le miracle de l’ozonothérapie 

De nombreuses découvertes ont bouleversé le monde médical et amélioré considérablement la vie des patients. Parmi elles, la thérapie par l’ozone révolutionne la médecine actuelle et pourrait bien être la clé pour soigner de nombreuses maladies chroniques voire incurables comme la fibromyalgie, le sida, le cancer ou encore la sclérose en plaques. Une technique innovante aux résultats bluffants.

L’ozone a bien mauvaise presse alors que sans lui, toute vie serait impossible. Ses vertus ont été découvertes il y a bientôt 200 ans et vont secouer le monde médical par la puissance et l’étendue des applications thérapeutiques possibles. 

Aujourd’hui, pour beaucoup d’entre vous, l’ozone fait référence à un trou dans la stratosphère qui provoque de graves problèmes climatiques présageant les catastrophes présentes et à venir pour l’humanité tout entière.  

La couche d’ozone est essentielle à toute vie sur terre, tant végétale qu’animale, jouant un rôle protecteur indispensable des rayonnements solaires nocifs. C’est en effet grâce à l’action des ultra-violets sur l’oxygène à très haute altitude que cette couche d’ozone est produite, ne laissant pénétrer qu’à peine 50% des rayons solaires sur notre belle planète. 

L’ozone, chimiquement parlant, est de l’oxygène à 3 atomes, formé grâce à l’énergie solaire qui a le pouvoir de faire et défaire les molécules d’O2 et d’O3 dans un jeu de ping-pong atomique. Un équilibre dynamique et protecteur est ainsi atteint. 

L’oxygène est vital, indispensable à nos cellules et à la création d’énergie. Si la préhistoire en regorgeait, l’époque actuelle en manque cruellement puisque de 35%, nous sommes passés à 21%, voire moins de 17% dans les villes les plus polluées. En cause les comportements dévastateurs irresponsables des multinationales qui déforestent l’Amazonie, le poumon de la terre pour des raisons mercantiles. Mais les gaz d’échappement, la pollution industrielle, l’agriculture intensive qui dévitalise les sols, les nombreuses activités volcaniques ont également leur grande part de responsabilité dans l’appauvrissement de l’apport en oxygène.   On suffoque et on tombe malade. 

L'ozonothérapie - Docteur Schmitz

Les solutions thérapeutiques extraordinaires du super-oxygène

Cet ozone protecteur de la terre a également des propriétés médicales surprenantes reconnues et affinées au cours du temps avec une action curative, hyper ciblée et durable. Découvert en 1840 par un certain Schönbein en Suisse, l’ozone ne fut utilisé que plus tard pour ses capacités antibactériennes et pour le traitement des maladies infectieuses. L’ozonothérapie ne date donc pas d’hier et se développe petit à petit grâce à des découvertes majeures, étouffées malheureusement par les laboratoires pharmaceutiques qui ne voient en cette pratique, aucun bénéfice substantiel à retirer. Et pourtant, cette technique révolutionnaire apporte de nombreuses réponses aux maladies sans issues, traitées dans l’allopathie la plus stricte, affaiblissant le patient avec des traitements aussi inutiles que dangereux. E

Les huiles ozonées : la solution dermatologique

L’ozone thérapeutique fait des merveilles dans la cosmétologie, notamment pour résoudre de nombreux problèmes de peau comme le psoriasis, la cellulite ou encore de récurrents problèmes d’acné. Ses propriétés désinfectantes en font un super allié pour toute la sphère dermatologique car l’ozone stimule le renouvellement des cellules de la peau, augmente la rapidité du processus de guérison, nettoie et stérilise l’épiderme, réduit l’inflammation des glandes sébacées, chasse les toxines. Une cure de jouvence pour les peaux abimées. Retrouvez une peau belle et saine grâce aux avancées scientifiques liées à l’utilisation de l’ozone.E

Le calme après la tempête

Avez-vous déjà senti l’odeur si particulière qui se dégage après un orage lors d’une chaude nuit d’été ? C’est bien de l’ozone dont il s’agit. Les éclairs ont fendu le ciel en secouant l’ozone et l’oxygène qui, dans un chamboulement moléculaire, ont fait éclater leurs effluves se rapprochant de la javel.P

L’ozone : thérapie la plus proche du miracle (3658)

Utilisé autrefois comme simple désinfectant des plaies et autres blessures, il est aujourd’hui un incontournable dans le traitement de nombreuses pathologies. 

L’oxygène, ou du moins le manque d’oxygène est au cœur du problème. Pour bien comprendre le processus, un petit saut dans le passé nous fait plonger dans les découvertes du Dr Otto Heinrich Warburg, médecin physiologiste et biochimiste allemand. Il fut lauréat du prix Nobel de médecine en 1931 pour sa découverte sur le fonctionnement des cellules cancéreuses. Il démontre que celles-ci passent d’un métabolisme aérobie (dépendantes de l’oxygène) en mode anaérobie (sans oxygène). La caractéristique principale des cellules cancéreuses est donc leur faible taux d’oxygène. La respiration des cellules cancéreuses ne se fait plus via l’oxygène mais bien via la fermentation du sucre.  Cette découverte fut une avancée majeure dans le traitement de l’une des maladies les plus redoutées et jamais autant répandues dans le monde. Les cellules cancéreuses ne sont pas friandes d’oxygène, donc si vous augmentez la concentration sanguine avec ce gaz, vous améliorez fabuleusement les résultats. D’une part, vous augmentez le travail de votre système immunitaire, qui sera plus à même à faire son boulot correctement et d’autre part, en insufflant de l’oxygène, vous diminuez l’agressivité des cellules cancéreuses. Les cancers les plus virulents sont donc les cancers « anaérobiques ». L’ozonothérapie revêt ici une aide inestimable dans le traitement des cancers par chimiothérapie ou radiothérapie. 

L’oxydation salvatrice

Oxygène, oxydation, radicaux libres, voilà 3 mots intimement liés. Le principe d’oxydation est propre à l’ozone. Formé de 3 atomes d’oxygène dont l’un est électrophile, l’ozone cherche constamment à s’équilibrer électriquement avec une autre charge non équilibrée. 

D’un autre côté, les cellules infectées par des virus, des bactéries ou des champignons portent une charge électropositive qui attire l’ozone tel un aimant. Laissez le charme agir et le miracle se produire. L’ozone introduit dans le sang se couple immédiatement avec les nuisibles en les détruisant sans pitié tel un cheval de Troie. L’oxygène, quant à lui, renforce les cellules saines, leur permet de prospérer et de se renforcer. Plus il est présent, plus nos cellules seront résistantes face aux envahisseurs. 

Ces cellules saines, équilibrées électriquement, seront protégées de l’oxydation générée par l’ozone mais aussi grâce à leur puissant système enzymatique qui est fortement stimulé, renforçant ainsi leur immunité (glutathion peroxydase, catalase et superoxyde dismutase). Ce principe de destruction des cellules malades et de protection des cellules saines est essentiel dans la compréhension de la thérapie. L’oxydation occasionnée par l’ozone ne touche que les cellules malades. Les cellules saines sont épargnées.  

La thérapie à l’ozone détruit donc bactéries, virus, levures, champignons et protozoaires sans anéantir les autres cellules. Ce super-oxygène active le système immunitaire et augmente l’énergie des globules rouges. 

L’ozone fissure l’enveloppe cellulaire des bactéries par oxydation des phospholipides et des lipoprotéines. Il endommage la coque qui entoure le matériel génétique d’un virus et perturbe son cycle de reproduction. 

Les bactéries responsables de l’infection des plaies, des sinusites chroniques seront littéralement détruites mais aussi tout type de virus comme herpès ou même le SIDA. 

La bio-oxydation comme l’ozonothérapie stimule les systèmes d’oxydo-réduction métaboliques et permet au corps de retrouver un équilibre. E

Le Dr Charles Farr, nominé pour le prix Nobel de médecine en 1993, défend l’intérêt de la médecine bio-oxydante pour améliorer la santé en éliminant les toxines. Les modes de vie actuels, la sédentarité, l’alimentation dénaturée, les stress chronique, la pollution environnementale sont corrélés de près ou de loin à la dégradation de la santé et au développement des maladies de civilisation, à la vulnérabilité aux infections, aux allergies,…. Nos systèmes de régulation des toxines sont saturés. 

L’intérêt du sauna à l’ozone

Moins invasif, très utile et super efficace, le sauna à l’ozone est indiqué pour le traitement de nombreuses autres pathologies. Par l’intermédiaire de la peau et de sa surface très étendue, le sauna et la chaleur humide qu’il dégage, fait pénétrer les substances bénéfiques par les pores dilatés jusqu’à la circulation sanguine et lymphatique. C’est un atout majeur dans le processus de détoxification. 

La thérapie à haute dose d’ozone (OHT)

Le Dr Johann Lahodny est un gynécologue autrichien qui mit au point la méthode dite des « 10 pass » (10 passages), qui consiste à prélever 200ml de sang sous pression négative (par le vide), de le mélanger avec de l’ozone à une concentration de 70ug/ml, de le réinjecter dans la veine du patient et de répéter l’opération 10 fois en l’espace d’une bonne heure. 2 litres de sang sont ainsi échangés et enrichis avec un mélange ozone/oxygène pendant la séance. 

En fin de traitement, un total de 140mg d’ozone est injecté dans le corps du patient, d’où son appellation Ozone High Dose Therapy (OHT). 

Ce traitement de choc permet de tuer les bactéries et les virus d’une part, mais cela module également le système immunitaire qui se régule automatiquement. Ni trop haut, ni trop bas, il se maintient dans un équilibre qui permet au patient tant de réduire les infections dues à un système de défense défaillant, que de tempérer un système constamment sur le qui-vive provoquant de nombreuses allergies. 

Cette technique innovante est une bouffée d’oxygène pour chaque cellule et donc pour les mitochondries qui augmentent spectaculairement leur capacité respiratoire. 

Le traitement classique à l’ozone ne s’effectue que sur une quantité bien moindre de sang, avec une ozonisation beaucoup plus réduite, de l’ordre de 3mg du mélange à la fois oxydant et protecteur. 

L’OHT passe à la vitesse supérieure en utilisant 46 fois plus d’ozone que sa version traditionnelle. 

Les résultats cliniques sont significativement meilleurs. Utiliser des doses plus importantes d’ozone permet d’interagir beaucoup plus avec les mitochondries de nos cellules, qui sont les moteurs de la vie. Si vous stimulez les mitochondries, vous augmentez les capacités régénératrices de votre corps. Ce super oxygène stimule la production d’ATP par l’activation du cycle de Kreps, et augmente la production d’enzymes capteurs de radicaux libres. 

Des bénéfices inattendus

Les cellules souches sont des cellules indifférenciées qui s’auto-renouvellent et se différencient en d’autres types cellulaires. Grâce à l’ozone, leur croissance est stimulée dans tout votre corps. Cette stimulation est l’un des aspects les plus importants de la capacité de régénération et de longévité. 

Cette thérapie permet au corps de s’auto-réparer, de s’auto-régénérer. 

Mais l’étendue des bénéfices semble sans limite. L’ozone permet de fluidifier le sang, ce qui permet à l’oxygène de circuler beaucoup mieux, partout dans le corps et d’atteindre tous les tissus.  La super-oxygénation augmente le métabolisme des globules rouges et donc accroit le transport et la livraison de celle-ci à chaque cellule. Les personnes souffrant de la maladie de Raynaud, qui se caractérise par un engourdissement et un refroidissement des extrémités verront une amélioration inespérée de leur état. 

L’ozonothérapie a également un impact très positif sur la réduction du cholestérol, en oxydant les plaques d’athérome dans les artères. 

Le cerveau est également impacté par une meilleure oxygénation : meilleure mémoire, meilleure concentration, meilleure fonctionnement cérébral en général. 

De très nombreuses applications seront découvertes et pourront apporter enfin une réponse très prometteuse aux patients découragés par des prises en charge traditionnelles sans résultat. 

Voilà plus d’un siècle que ces super molécules sont utilisées sur l’homme, en traitement local ou plus généralisé grâce aux perfusions, avec chaque jour, des résultats surprenants et sans danger. Meilleure oxygénation est synonyme d’énergie et de convalescence. Cette technique permet de réduire significativement l’épuisement et les douleurs liées aux maladies les plus invalidantes. 

Une réponse médicale efficace à la pandémie de Lyme 

La maladie de Lyme fait de nombreuses victimes dont la vie bascule à cause de la bactérie borrelia transmise par une morsure de tique. 27.000 nouveaux cas par an rien qu’en France. De mars à octobre, les promeneurs en sont les premières victimes puisque ces charmantes bestioles de cachent dans les forêts, les hautes herbes, les parcs et les jardins. 

Les symptômes sont pénibles et invalidants : fatigue, migraines, fortes fièvres, méningite, paralysie faciale, troubles cardiaques, douleurs articulaires, vomissements. 

Les traitements proposés aujourd’hui sont les antibiotiques, les antiparasitaires et anti-champignons. Pour une efficacité optimale, il faut prendre la maladie très rapidement mais le diagnostic est parfois long à être établi.  Un traitement à l’ozone est ici tout à fait indiqué pour ratiboiser la bactérie.

Les témoignages poignants 

Comprendre le mécanisme théorique est une chose, voir les résultats pratiques en est une autre. Depuis son utilisation, des milliers de personnes ont vu leur vie changer grâce à cette thérapie tout à fait innovante et plus que prometteuse. L’ozone active de façon surprenante le système immunitaire grâce à la surproduction d’interférons et d’interleukines qui interviennent dans les mécanismes complexes de défense immunitaire. 

On sait aussi à l’heure actuelle que l’ozone inhibe le métabolisme des tumeurs en détruisant la double paroi externe des cellules cancérigènes, permettant ainsi aux phagocytes d’opérer un grand nettoyage des cellules tumorales. C’est un support extrêmement efficace dans le traitement des cancers traités avec chimiothérapie et/ou radiothérapie. 

La résurrection de Camille 

Des résultats extraordinaires ont été obtenus sur des personnes souffrant de sclérose en plaque (SEP). Cette maladie inflammatoire, auto-immune touche le système nerveux central, donc à la fois les nerfs optiques, la moëlle épinière et le cerveau. Elle se caractérise par une détérioration progressive de la myéline (graine protectrice des fibres nerveuses) qui endommage les réseaux de communication et provoque une cascade de symptômes physiques et mentaux. Les médicaments actuellement développés n’apportent pas de réponse significative et le traitement moyennement efficace n’est pas exempt d’effets secondaires. Les causes sont multiples, liées tant à l’environnement, qu’à une déficience génétique mais peut-être aussi liées à un virus contracté pendant l’enfance. Les symptômes sont très variables comme les troubles de la vue et de la mémoire, une fatigue anormale, une perte d’équilibre, de l’incontinence, des tremblements… jusqu’à une paralysie progressive. La SEP agit par poussées inflammatoires. Cette maladie dite incurable touche près de 100.000 personnes en France (5.000 nouveaux cas par an), 400.000 en Europe et 2,3 millions dans le monde. 

Le cas de Camille est très intéressant et révèle l’intérêt de l’ozonothérapie dans le traitement de cette maladie qui touche principalement les femmes jeunes (1 cas sur 4 est un homme). 

Cette patiente de 24 ans souffre depuis 3 ans de cette maladie qui l’empêche de marcher, la clouant dans un fauteuil roulant depuis plusieurs mois. En désespoir de cause, elle se tourne vers les médecines alternatives et entreprend une thérapie à l’ozone. En quelques mois, les résultats sont tout simplement spectaculaires ! Il ne fallut que quelques séances pour progressivement lui redonner son autonomie avec tout ce que cela implique : joie de vivre, projets, travail même ! Camille a retrouvé l’usage de ses jambes et conduit même sa voiture pour venir aux séances. Résultat inespéré avec la médecine traditionnelle !

Une réduction à peine croyable des symptômes associés à cette maladie comme la diminution des insomnies, des douleurs diffuses, de l’incontinence, des troubles moteurs, de l’hypotonie, de l’asthénie et de la spasticité ! 

Il ne s’agit plus de réduire la progression de la maladie mais bien de rendre au patient une mobilité jamais espérée auparavant et d’améliorer considérablement leur vie. 

L’ozonothérapie est un traitement qui n’interfère pas avec ceux déjà entrepris mais qui permet de booster les résultats, sans aucun effet secondaire.   Une fenêtre thérapeutique s’est ouverte et offre, chaque jour, des opportunités de traitement insoupçonnées.  

L’ozonothérapie permet de traiter des blessures profondes comme des brûlures. La chair endommagée est une porte d’entrée royale pour les bactéries. Il est donc primordial qu’elle se referme manu militari pour garantir l’immunité du patient. C’est ici que revêt tout l’intérêt du traitement à l’ozone qui permet une rémission et une cicatrisation extrêmement rapide des parties infectées.  

Fantastique traitement de l’herpès labial ! 

L’herpès labial, aussi connu sous le nom de bouton de fièvre, est une affection dermatologique très douloureuse, extrêmement contagieuse et répandue, qui apparait lorsque l’organisme est affaibli, quand la cuirasse immunitaire se fissure.  Ce virus, une fois transmis, vous collera à la peau jusqu’à la mort, vous défigurant quand vous êtes déjà au plus bas.  La thérapie à ozone dynamite littéralement les boutons de fièvre en moins de 24 heures. Les résultats sont exceptionnels en une seule séance seulement !

Le sauna à l’ozone : oxygénez vos cellules dans un bain de vapeur

Beaucoup d’entre vous ont déjà essayé et approuvé les bienfaits du sauna, tradition typiquement nordiste, qui permet une relaxation quasi immédiate. Vous voici enveloppé par une chaleur réconfortante, dont les bénéfices ont été largement documentés. Les Finlandais le pratiquent depuis 2.000 ans pour préparer leur corps à traverser un hiver rude et parfois hostile. Cette petite cabine en bois a traversé une partie de l’Europe et s’est même exporté bien plus loin au Japon. 

S’enfermer à plusieurs dans une pièce exigüe surchauffée pourrait paraître étrange et pourtant, tous les pratiquants assidus n’échangeraient leur place pour rien au monde. Les bienfaits sur l’organisme sont incroyables pour autant que le sauna soit pratiqué régulièrement. 

La forte chaleur dilate les pores et les vaisseaux, provoque une sudation importante, stimule la circulation sanguine et détoxifie en profondeur de votre organisme. La transpiration ainsi générée vous permet d’éliminer jusqu’à 1,5 litre d’eau en une seule séance et de nettoyer la peau qui devient douce et soyeuse. 

Des hormones sont libérées comme les endorphines, ce qui fait du sauna un excellent rituel antistress. Vous baissez les armes, votre corps se détend le temps de la séance et encore bien après. Le sauna a également des effets positifs sur votre système immunitaire, qui sera plus à même de lutter efficacement contre les virus et autres bactéries. Cette brève parenthèse est essentielle à votre bien-être en plus d’être fort agréable.

Cette pratique, déjà ultra bénéfique, peut-être amplifiée par les immenses vertus de l’ozone. Votre peau, barrière entre le monde extérieur et l’intérieur de votre corps, représente une surface d’environ 2m2 qui pourra s’imprégner de ce gaz bienfaiteur. 

La perméabilité de celle-ci, augmentée grâce à la chaleur, lui permettra d’être « perfusée » par l’ozone, de façon moins invasive que la perfusion sanguine. Envoutés par la vapeur, ce sont tous les pores qui laisseront pénétrer au sein même de la circulation sanguine, les molécules d’ozone pour une purification en profondeur et un nettoyage du système lymphatique. 

Vos muscles se détendent, libèrent l’excès d’acide lactique, l’ozone oxyde les toxines pour qu’elles puissent être aisément évacuées par les émonctoires que sont la peau, les poumons, les reins et l’intestin. 

Les bénéfices du sauna à l’ozone permettent de soulager les personnes souffrant d’arthrite, de douleurs ciblées ou diffuses, de fibromyalgies, de déficience immunitaire, de cancer, d’affections de la peau comme l’eczéma, le psoriasis, le zona, l’herpès. Mais les bénéfices ne s’arrêtent pas là. Toute personne souffrant de MICI (Maladie inflammatoire du colon et de l’intestin) comme Crohn ou recto colite ulcéro hémorragique, voire candidoses, trouvera un soulagement efficace des symptômes. 

Pour les sceptiques de la méthode

Beaucoup de personnes pourraient se montrer réticentes à l’idée de s’injecter un gaz très oxydant pour se soigner. Sachez que tout ce qui n’est pas bon n’est pas forcément mauvais. Si l’on remarque, à juste titre, une augmentation de l’activité oxydante juste après une séance, cela signifie tout simplement qu’elle a fort bien fonctionné.  Le lendemain, par contre, vous remarquerez une hausse de l’activité des anti-oxydants endogènes comme le glutathion ou la SOD (Superoxyde dismutase) qui eux vont prendre le relais. Le but de la thérapie est bien d’oxyder les membranes cellulaires pour provoquer la réaction anti-radicalaire espérée. 

Il se peut également qu’une réaction d’Herxheimer se produise (réaction inflammatoire du corps en réaction à une guérison spontanée) puisque le corps est une extraordinaire machine sophistiquée à souhait. Après une séance, vous pouvez avoir un peu de fièvre ou une diarrhée, qui terminera le travail d’élimination des toxines. Si vous venez d’exterminer la bactérie borrelia responsable de la maladie de Lyme grâce à l’ozone, il est tout à fait normal que votre corps se débarrasse d’une manière ou d’une autre des encombrants.

Le paradoxe curatif de l’ozone

La thérapie à l’ozone est encore malheureusement méconnue du grand public alors que pratiquée depuis de très nombreuses années dans une centaine de pays. 

C’est une alternative extraordinaire pour votre santé en tant que thérapie oxydative des cellules intoxiquées, malades ou cancéreuses. L’ozonothérapie possède un effet thérapeutique sur l’ensemble des milliards de cellules qui composent votre corps. Exempte de toxicité, cette pratique polyvalente est le couteau suisse de la médecine. Par voie intraveineuse ou par simple transfert cutané, l’ozonothérapie fait des miracles, permettant à des malades souffrant de pathologies lourdes voire incurables de retrouver une vie normale, active et heureuse. 

La seule précaution à prendre est de ne pas respirer une grande quantité de ce gaz car il est irritant pour les poumons. Le sauna à l’ozone est d’ailleurs prévu pour éviter tout désagrément en fin de séance. L’ozone aura été détruit préalablement, avant l’ouverture de l’appareil. 

Depuis les découvertes de Christian Schönbein, la médecine a fort évolué et cerné les mille et une vertus de ce gaz salvateur. Puissant désinfectant, il active le système immunitaire, stimule la circulation sanguine & la micro circulation et délivre une grande quantité d’oxygène à tous les tissus, provoquant une cascade de mécanismes métaboliques.

Une excellente circulation sanguine revêt une importance primordiale dans le traitement de toute maladie, que ce soit pour l’apport de nutriment, d’oxygène, mais aussi pour balayer les toxines produites par les cellules, étape essentielle dans le processus de détoxification. 

C’est ici l’un des rôles fondamentaux de l’ozonothérapie, en parallèle du processus d’oxydation. L’ozonothérapie travaille en concomitance avec les réactions naturelles de votre corps, mais ne se substitue pas à celui-ci. C’est un soutien formidable à un système métabolique déjà très perfectionné. 

Fabuleux dans le traitement de la maladie de Lyme, incroyable pour toute cicatrisation laborieuse, étonnant pour les maladies aigües et chroniques comme la fibromyalgie, c’est aussi une aide très efficace pour diminuer les ulcères gastriques, les hernies discales, les infections parasitaires, le syndrome de fatigue chronique….

Les effets de la sous-oxygénation dont nous sommes tous victime se ressentent à des degrés divers, en fonction de votre patrimoine génétique mais aussi en fonction de votre âge. 

Conseiller une cure d’ozone peut s’envisager à plusieurs niveaux : préventif tout d’abord, pour de meilleures performances physiques et intellectuelles, rester jeune et (ré)actif plus longtemps, avoir une peau éclatante, entretenir son corps tel un bolide de compétition… D’un point de vue purement esthétique, l’ozonothérapie diminue la chute des cheveux, atténue les rides et les effets délétères du temps, véritable cure de rajeunissement dermatologique. 

Mais son intérêt curatif est primordial. On pense à sa santé souvent quand celle-ci fait défaut. On s’oriente alors vers les médecines alternatives quand l’allopathie traditionnelle limitante et limitée déçoit encore et encore, lorsque les traitements sont accompagnés d’effets secondaires lourds et invalidants. 

L’ozonothérapie curative permet de relancer la machine, de normaliser des taux sanguins hors norme comme le cholestérol, les triglycérides, le glucose, les enzymes hépatiques, …

Le super-oxygène est aussi très intéressant pour booster les compétences intellectuelles nécessaires pour préparer des examens, augmenter la mémoire et la rapidité d’esprit.

L’ozonothérapie est donc très intéressante à bien des niveaux : allergologie, cancérologie, cardiologie, chirurgie, dermatologie, endocrinologie, gastro-entérologie, gynécologie, infectiologie, parasitologie, sphère ORL, rhumatologie, … 

Seul un médecin formé à la pratique pourra vous conseiller le traitement adéquat par rapport à votre pathologie, avec une anamnèse complète, tenant compte de vos antécédents familiaux et des médications en cours. 

L’Ozonothérapie : un espoir pour l’immunodéficience 

Le SIDA ou « syndrome d’immunodéficience acquise » fait des ravages depuis les années 70, tuant sur son passage des millions de personnes de par le monde. Ce virus détruit votre système immunitaire et vous mourrez d’un simple rhume. L’ozone a prouvé son efficacité dans le traitement de cette maladie sans altérer les cellules sanguines. Cette thérapie augmente les fonctions du système immunitaire, justement affaibli dans le cas du VIH. On peut également pointer son action antivirale et anti-infectieuse dans la lutte contre les maladies opportunistes mais aussi une action antitumorale pour préserver l’intégrité d’un corps sans défense.