L'ozonothérapie contre les maladies de civilisation

Utilisé autrefois comme simple désinfectant des plaies et autres blessures, l'ozone est aujourd’hui un incontournable dans le traitement de nombreuses pathologies. 


Retour sur l'ozone en cancérologie

L’oxygène, ou du moins le manque d’oxygène est au cœur du problème. Pour bien comprendre le processus, un petit saut dans le passé nous fait plonger dans les découvertes du Dr Otto Heinrich Warburg, médecin physiologiste et biochimiste allemand.

Il fut lauréat du prix Nobel de médecine en 1931 pour sa découverte sur le fonctionnement des cellules cancéreuses. Il démontre que celles-ci passent d’un métabolisme aérobie (dépendantes de l’oxygène) en mode anaérobie (sans oxygène). La caractéristique principale des cellules cancéreuses est donc leur faible taux d’oxygène. La respiration des cellules cancéreuses ne se fait plus via l’oxygène mais bien via la fermentation du sucre. 

Cette découverte fut une avancée majeure dans le traitement de l’une des maladies les plus redoutées et jamais autant répandues dans le monde. Les cellules cancéreuses ne sont pas friandes d’oxygène, donc si vous augmentez la concentration sanguine avec ce gaz, vous améliorez fabuleusement les résultats. D’une part, vous augmentez le travail de votre système immunitaire, qui sera plus à même à faire son boulot correctement et d’autre part, en insufflant de l’oxygène, vous diminuez l’agressivité des cellules cancéreuses. Les cancers les plus virulents sont donc les cancers « anaérobiques ».

L’ozonothérapie revêt ici une aide inestimable dans le traitement des cancers par chimiothérapie ou radiothérapie. 


L'oxydation salvatrice

Oxygène, oxydation, radicaux libres, voilà 3 mots intimement liés. Le principe d’oxydation est propre à l’ozone. Formé de 3 atomes d’oxygène dont l’un est électrophile, l’ozone cherche constamment à s’équilibrer électriquement avec une autre charge non équilibrée. 

D’un autre côté, les cellules infectées par des virus, des bactéries ou des champignons portent une charge électropositive qui attire l’ozone tel un aimant. Laissez le charme agir et le miracle se produire. L’ozone introduit dans le sang se couple immédiatement avec les nuisibles en les détruisant sans pitié tel un cheval de Troie. L’oxygène, quant à lui, renforce les cellules saines, leur permet de prospérer et de se renforcer. Plus il est présent, plus nos cellules seront résistantes face aux envahisseurs. 

Ces cellules saines, équilibrées électriquement, seront protégées de l’oxydation générée par l’ozone mais aussi grâce à leur puissant système enzymatique qui est fortement stimulé, renforçant ainsi leur immunité (glutathion peroxydase, catalase et superoxyde dismutase). Ce principe de destruction des cellules malades et de protection des cellules saines est essentiel dans la compréhension de la thérapie. L’oxydation occasionnée par l’ozone ne touche que les cellules malades. Les cellules saines sont épargnées.  

La thérapie à l’ozone détruit donc bactéries, virus, levures, champignons et protozoaires sans anéantir les autres cellules. Ce super-oxygène active le système immunitaire et augmente l’énergie des globules rouges. 

L’ozone fissure l’enveloppe cellulaire des bactéries par oxydation des phospholipides et des lipoprotéines. Il endommage la coque qui entoure le matériel génétique d’un virus et perturbe son cycle de reproduction. 

Les bactéries responsables de l’infection des plaies, des sinusites chroniques seront littéralement détruites mais aussi tout type de virus comme herpès ou même le SIDA. 

La bio-oxydation comme l’ozonothérapie stimule les systèmes d’oxydo-réduction métaboliques et permet au corps de retrouver un équilibre.

Le Dr Charles Farr, nominé pour le prix Nobel de médecine en 1993, défend l’intérêt de la médecine bio-oxydante pour améliorer la santé en éliminant les toxines. Les modes de vie actuels, la sédentarité, l’alimentation dénaturée, les stress chronique, la pollution environnementale sont corrélés de près ou de loin à la dégradation de la santé et au développement des maladies de civilisation, à la vulnérabilité aux infections, aux allergies,…. Nos systèmes de régulation des toxines sont saturés. 

L'ozonothérapie contre les maladies de civilisation
Dr. Schmitz 1 July, 2021
Archive