Vitamine C : tous carencés ?

Vitamine C : tous carencés ?

Vous pensez peut-être tout connaître de la vitamine C car vous la prenez dès mes premiers signes de refroidissement. Saviez-vous que cette petite merveille joue un rôle clé dans votre organisme ? Grâce à elle, vous renforcez tant votre immunité que votre santé cardiovasculaire ? C’est également une alliée anticancer redoutable. Elle a certes plus d’un tour dans son sac. Mais ce que vous allez découvrir aujourd’hui, c’est que les doses actuellement conseillées vous empêchent juste d’attraper le scorbut…

Certains signes doivent vous mettre la puce à l’oreille. Vous vous sentez fatigué voire épuisé, vous attrapez des infections à répétition, vous avez du mal à cicatriser, vos gencives saignent régulièrement, vous avez souvent des bleus sans raison, vous êtes anémique ou souffrez d’allergies… Ces symptômes à priori assez bénins peuvent annoncer des problèmes bien plus graves.

Vitamine C : une découverte qui changea la vision de la médecine

Linus Carl Pauling. Ce nom vous dit vaguement quelque chose… Et pourtant, c’est l’un des pères fondateurs de la médecine orthomoléculaire qui reçut à la fois le prix Nobel de chimie en 1954 et le prix Nobel de la paix en 1962.

Très controversé à l’époque par les laboratoires pharmaceutiques, il découvre l’impact extraordinaire de la prise de vitamine C à haute dose, en injection intraveineuse ou par voie orale sur les malades du cancer.

Malgré des résultats très prometteurs, ses travaux sur la vitamine C sont décrédibilisés par big pharma. Il se voit alors coupé de financements et de soutien de ses pairs. Et pourtant, cette vitamine aux premiers abords assez banale, cache bien des merveilles pour votre santé.

Son intérêt ne date pas d’hier puisque sa carence décimait les équipages des navires lors de la découverte du nouveau monde. La cargaison devait se conserver pendant des mois. Elle n’était alors composée que de salaisons et de biscuits. Aucun produit frais au menu.

James Lind, médecin écossais, pense alors à donner du citron et des oranges aux marins malades, ce qui les sauve d’une mort atroce et certaine.

Carences en vitamine C, le retour du Scorbut

Nous sommes quasi les seuls mammifères, avec quelques primates supérieurs comme le macaque à ne pas synthétiser la vitamine C de façon endogène. Nous sommes donc extrêmement dépendants des apports alimentaires.

On pensait à tort le scorbut complètement éradiqué depuis bien des années. Cependant, d’après une publication du Diabetic Medecine, plusieurs cas sont apparus récemment parmi les patients diabétiques. En cause, une multitude de facteurs liés au mode de vie. Il ne vous faut pas 3 mois pour le déclarer !

Et vous, pensez-vous être carencé ? Plus d’un tiers de la population affiche des taux bien inférieurs aux recommandations nationales ! En cause le tabac qui fait chuter son taux de manière dramatique, le stress, les aliments appauvris, les sols pétris de pesticides, …. Il n’est pas étonnant d’arriver à de tels résultats. Mais si en plus de carences, vous tombez malade, vos maigres réserves seront alors vite épuisées, puisque la maladie potentialise la carence.

La carence, c’est le tapis rouge pour des artères bouchées

Le manque de vitamine C est responsable de mini-fissures au niveau de l’endothélium vasculaire, favorisant l’athérosclérose. La situation extrême du scorbut est la détérioration ultime des parois des vaisseaux sanguins, un effritement spectaculaire qui mène alors aux hémorragies internes létales.

La vitamine C est essentielle dans la production du collagène qui assure la stabilité des parois de vos vaisseaux sanguins et empêche le développement de plaques d’athéromes. Elle joue donc un rôle capital dans toute la sphère cardiovasculaire.

Une consommation régulière en fruits et légumes n’assure cependant pas l’apport requis pour une production suffisante de collagène. Une supplémentation est grandement recommandée pour atteindre l’effet escompté.

Hypoascorbémie : des catastrophes pourtant évitables

Les patients placés en milieu hospitalier ont un taux de vitamine C effondré pour de multiples raisons liées à la médication, au stress, à la douleur,… Les repas servis dans les hôpitaux ne couvrent aucunement les besoins primaires en vitamines, voire en minéraux, ce qui enfonce encore plus les patients dans leurs pathologies. Une augmentation substantielle des apports est indispensable pour leur permettre de cicatriser correctement.

Des apports insuffisants en acide ascorbique augmentent aussi la perception du stress. Cette vitamine joue un rôle crucial dans la maturation et le fonctionnement des neurones, ainsi que dans la protection du cerveau contre les radicaux libres. La dépression étant un des premiers signes cliniques du scorbut, elle joue également un rôle déterminant pour les patients souffrant d’asthénie. Ce lien – vitamine C & dépression – peut-être expliqué par une baisse de la synthèse de la noradrénaline.

Les propriétés de la vitamine C

Vitamine C et Alzheimer

De plus en plus de preuves s’accumulent en faveur de la vitamine C dans la prévention de la maladie d’Alzheimer mais aussi dans un but curatif par la dissolution des plaques amyloïdes qui s’accumulent dans le cerveau.

Vitamine C et immunité

Indispensable à la synthèse des anticorps, cela en fait une alliée incontestable du système immunitaire grâce à une excellente mobilisation des globules blancs, bien plus riches en vitamine C que le plasma sanguin. Elle potentialise également l’absorption du fer.

La vitamine C, un antioxydant

Super antioxydant, la vitamine C a une action protectrice contre certains cancers, notamment digestifs comme le colon, le pancréas ou l’œsophage. Protection des cellules saines mais aussi rétablissement du fonctionnement normal des cellules précancéreuses. La vitamine C agit comme une sorte de bouclier pour défendre les cellules saines exposées à un carcinogène.

Notons au passage son action dépolluante envers les toxiques comme l’alcool, les pesticides ou encore les hydrocarbures aromatiques.

La vitamine C et le cancer

Les cellules cancéreuses sont très gourmandes en sucre. Elles s’en nourrissent et prolifèrent grâce à ce substrat maléfique. Elles arrivent à capter plus de sucre que des cellules saines ! C’est ici que la vitamine C intervient puisqu’elle a une structure moléculaire proche du glucose. Tel un cheval de Troie, elle arrive à se subtiliser et à pénétrer au sein de la cellule cancéreuse, la privant de son aliment favori. Elle perd alors de son énergie et s’épuise peu à peu par manque de substrat énergétique.

Il est très important pour une personne atteinte de cancer de supprimer les sources de sucre qui ravivent et entretiennent cette maladie et pour permettre une action plus efficace de la vitamine C.

La vitamine C et la chimiothérapie

La vitamine C est également une aide précieuse en cas chimiothérapie et radiothérapie car elle réduit les effets toxiques de ces traitements tout en potentialisant la destruction de cellules malignes. L’allongement et la qualité de vie des patients cancéreux s’en trouve grandement améliorée.

De quelle quantité de vitamine C a-t-on besoin ?

Les apports journaliers recommandés tournent autour de 100mg par jour. Ce qui permet juste d’avoir une vie normale mais vous serez plus sujet aux maladies. Si vous passez à 2gr par jour, vous aurez une bien meilleure résistance face aux infections. Entre 2 et 4 gr par jour, vous augmenterez vos performances physiques et intellectuelles avec une qualité de vie bien supérieure.

Pour conclure sur la vitamine C

Mais attention, la vitamine C à haute dose peut provoquer de la diarrhée chez certaines personnes. Seule la technique d’encapsulage liposomal vous permet d’avoir une complémentation orale sans effets secondaires, avec une biodisponibilité de 98%.

La vitamine C liposomale présente deux grands avantages : sa pellicule protectrice permet de résister aux attaques acides de l’estomac et d’être délivrée intacte aux cellules. Pour visualiser les effets de cette formule, 1 gr de vitamine C liposomale équivaut à 20gr de vitamine C classique. La résorption est donc optimale.

La vitamine C est indispensable à votre survie ! Ce n’est donc pas une question de confort.

Références :
http://sante.lefigaro.fr/article/le-scorbut-maladie-des-marins-desormais-au-coeur-des-villes/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24792921
https://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-anti-stress/des-vitamines-et-mineraux-contre-le-stress
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2649700/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25835231
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28654021
https://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/cam/patient/vitamin-c-pdq

Laisser un commentaire