Phycocyanine dans le traitement des cancers

En plus des nombreuses vertus de cette formidable protéine issue de la spiruline dont nous avons parlé dans mes précédents articles, la Phycocyanine devient progressivement un produit incontournable pour la prévention, le traitement, mais aussi l’accompagnement de chimiothérapies et rayons chez les personnes atteintes de cancer. 

Servant de plus en plus régulièrement de base à des médicaments de synthèse et traitements agressifs censés délivrer les patients d’une des pathologies les plus meurtrières, le monde de la santé en général, médecines naturelles incluses, profite d’une foule de nouvelles recherches menées ces dernières années. 

Désormais célèbre pour ses propriétés immunorégulatrices et son magistral potentiel protéique, la Phycocyanine l’est moins pour ses autres vertus, pour lesquelles, en particulier concernant le cancer, elle a été dix fois plus étudiée au cours de ces trois dernières années qu’elle ne l’avait jamais été auparavant. 

Chine en tête, mais aussi États-Unis, France et Italie s’intéressent depuis 2020 à prouver l’efficacité de ce pigment bleu. 

Je vous invite donc à un état des lieux, ainsi qu’à une mise à jour des observations de ses différentes vertus. 

Bien que l’on sache depuis longtemps que la Phycocyanine est anti-cancer, il est dorénavant possible, dans une mesure encore limitée, de mieux comprendre son rôle en fonction du type de cancer rencontré. 

Comment extraire la phycocyanine de la spiruline et à quoi cela sert ?

  • Phycocyanine et cancer du poumon 

En l’absence d’études cliniques apparemment réservées aux laboratoires ayant la volonté de synthétiser les molécules naturelles qu’ils étudient, des recherches croisées, mêlant observations in silico, in vitro et in vivo, permettent d’avoir une idée de plus en plus claire de sa prophylaxie face à un large spectre de maladies. 

Prophylaxie étant d’ailleurs, pour certaines pathologies lourdes, renforcée par des stratégies curatives à part entière. 

C’est par exemple le cas du cancer du poumon où, en plus d’inhiber la prolifération des cellules cancéreuses de toute taille et de supprimer l’effet migratoire de ces dernières, évitant la généralisation de certaines formes de cancer, elle induit l’apoptose des cellules cancéreuses, générant leur auto-destruction. (1) (2)  

Et comme le montre l’article suivant, en plus de bloquer la prolifération et détruire les cellules cancéreuses sans altérer les cellules saines, elle agit simultanément sur le substrat du récepteur d’insuline impliqué dans la fonction antinéoplasique médiée par la Phycocyanine. (3)  

Ce qui a récemment motivé un autre groupe de chercheurs à s’intéresser à ses vertus anti-diabétiques à travers son pouvoir d’inhibition de la glycation. (4)  

D’autres, pour leur part, soulignent son effet protecteur contre les risques induits par une alimentation trop riche en glucose et graisses. (5)  

Quant à son effet bénéfique sur les poumons, il est confirmé et complété par de plus récentes études concernant son activité inhibitrice des fibroses pulmonaires. (6)  

  • Phycocyanine et cancer du pancréas 

Faisant partie des plus mortels, contre lequel les chimiothérapies sont hautement inefficaces, la Phycocyanine est un des rares remèdes à agir efficacement sur le cancer du pancréas. 

L’étude suivante montre qu’elle « inhibe efficacement la prolifération des cellules cancéreuses du pancréas in vitro et la croissance des tumeurs in vivo ». 

Tout comme pour le cancer du poumon, la Phycocyanine est capable d’induire l’apoptose des cellules cancéreuses du pancréas, c’est à dire l’autodestruction cellulaire, en activant les voies de signalisation p et JNK et en inhibant la voie Erk. 

De plus, elle favorise l’activation et la translocation nucléaire de NF-κB, jouant un rôle important tant dans l’équilibre de l’apoptose contre les cellules malades, que dans le processus anti-apoptotique permettant aux cellules saines de se régénérer. (7)  

  • Phycocyanine et cancer du sein 

Également étudiée dans le cancer du sein, la Phycocyanine n’en finit pas de surprendre les chercheurs. 

L’analyse du profil d’un cycle cellulaire a montré que la Phycocyanine provoquait un arrêt de la prolifération des cellules cancéreuses, induisant une apoptose des cellules malades, par :   
  • l’augmentation du pourcentage d’annexine, intervenant dans les processus d’inflammation et d’apoptose
    l’augmentation des niveaux de γ-H2 AX, une cible sensible permettant d’observer les coupures de double brin

  • la modification du rapport Bcl-2/Bax, protéine pro-apoptotique capable d’induire l’apoptose
    la libération de cytochrome C, une enzyme qui catalyse les réactions d’oxydation et de réduction du dioxygène 

  • et l’augmentation des niveaux de caspase 9, une protase à cystéine. 

Les cellules cancéreuses traitées par la Phycocyanine entrainent ainsi une diminution de la migration cellulaire et une augmentation de la propriété adhésive cellulaire tout en apportant un effet antiangiogénique. 

Mais ce n’est pas tout, puisque les scientifiques ont également observé que la Phycocyanine supprimait l’expression de la cyclooxygénase – COX 1-, enzyme provoquant la synthèse de médiateurs pro-inflammatoires et la production de prostaglandine E-2. 

Article complétant des études sur lesquelles nous allons revenir plus bas, en montrant que tout en étant dévastateurs contre les cellules cancéreuses, les effets biologiques de la Phycocyanine ne sont pas toxiques pour les cellules non malignes, les plaquettes et les globules rouges. (8) 

  • Phycocyanine et cancer du côlon 

Bien que davantage dédiées à la capacité de la Phycocyanine à mieux supporter les radiothérapies dans le cancer du côlon, ces études montrent sa faculté à inhiber le développement et diminuer la population des cellules cancéreuses. 

Un des facteurs clés de son action est son effet régulateur et adaptatif des cytokines et de l’activité du COX-2, enzyme inductive de multiples facteurs pro-inflammatoires résistants aux radiothérapies. (9) 

colon

 
Dans la même lignée, un autre groupe de chercheurs se focalisant pour leur part  directement sur les vertus de la Phycocyanine dans le cancer du côlon, arrive à la conclusion suivante : 

« La Phycocyanine atténue l’inflammation et réduit la tumorigenèse. 

La prévention des tumeurs peut passer par la modulation du microbiote intestinal et de l’expression des gènes dans les cellules du côlon. 

L’emploi de Phycocyanine est prometteur pour la prévention clinique et le traitement du cancer colorectal. » (10)    

  • Phycocyanine et cancer de la peau 

En plus de participer à la résolution de différentes maladies cutanées, il semblerait que la Phycocyanine soit également efficace dans le cancer de la peau. 

Plusieurs spécialistes ont ainsi observé son potentiel évident dans le traitement du cancer en raison de ses effets antioxydants, mais aussi sa capacité à : 

inhiber l’expression de la COX-2
réduire le niveau de PGE2, permettant le contrôle de la sécrétion de rénine
et à induire l’apoptose des cellules tumorales. 
Montrant qu’elle pourrait augmenter l’activation des gènes pro-apoptotiques et réguler négativement l’expression des gènes anti-apoptotiques soutenant le développement des cellules cancéreuses. (11)  

Un ensemble de données amenant de plus en plus de thérapeutes, médecins et scientifiques à penser que la Phycocyanine serait à la fois préventive, mais aussi curative en cas de cancers de tout type. 

Le potentiel global de la Phycocyanine 

En plus de ses surprenantes propriétés lui permettant de programmer l’autodestruction des cellules cancéreuses, la Phycocyanine a été étudiée en Avril 2023 concernant l’ensemble de son potentiel et bienfaits sur la santé humaine. 

Nous reviendrons peut-être prochainement sur les détails de ces études, toutefois, en attendant, j’aimerais partager avec vous ce schéma clair et détaillé : 

Quelles sont les propriétés de la phycocyanine ?

Montrant à la fois son rôle positif dans : 

  • les maladies cardio-vasculaires
  • les risques induits par l’obésité
  • les processus de cicatrisation 
  • la prolifération des mélanomes 
  • le stress oxydatif 
  • le cancer
  • les troubles et maladies inflammatoires
  • les maladies neuro-dégénératives dont Alzheimer et Parkinson 
  • les différentes formes de diabètes
  • la protection rénale
  • ainsi que la protection hépatique. (12)  

La Phycocyanine, les maladies neuro-dégénératives et les troubles du système nerveux induits par le Covid-19
La Phycocyanine exerce un rôle prometteur dans la prévention et le traitement des maladies neuro-dégénératives. 

Or, selon toute vraisemblance le Covid-19, ou plus exactement la prolifération de protéines spyke induite par cette maladie, serait en mesure d’atteindre significativement le bon fonctionnement du système nerveux central. 


C’est pourquoi en Décembre 2021 Giselle Penton-Rol, Javier Marin-Prida et Mark-F. McCarty, inventeurs de brevets sur l’application pharmaceutique de la Phycocyanine contre les troubles neuro-dégénératifs, se sont employés à montrer son action potentielle pour aider les malades à sortir de ce que l’on appelle communément le Covid long. (13)  

Phycocyanine ou spiruline, quelles sont les différences ?

L’innocuité de la Phycocyanine à haute dose  

Pour lutter contre le cancer, vous l’aurez compris, il est important de pouvoir compter sur un titrage suffisant de Phycocyanine. Mais pour ce faire il est tout aussi important de connaître ses éventuelles limites ainsi que les risques pouvant être liés à une consommation intensive. 

C’est ce que nous permettent d’apprécier ces résultats cliniques réalisés en double aveugle avec placebo. (14)  Montrant qu’un effet significatif de réduction des douleurs pouvait être ressenti à partir de 1 gramme par jour, et qu’aucun effet néfaste ne se présentait au-delà de 2,3 grammes par jour pendant plusieurs semaines. 

Cependant attention, ce qui est vrai pour sa forme naturelle, soit un extrait de spiruline à forte pression utilisé pour réaliser cette étude, n’est absolument pas garanti dans l’emploi de formules de synthèse voyant le jour en ce moment. 

Compte tenu de l’importance d’un puissant dosage pour lutter contre différentes formes de pathologies lourdes, il est essentiel de se pencher avant tout sur un extrait naturel de Phycocyanine. 

Extrait naturel et vital, qui, s’il est nécessairement enrobé d’un mélange lui permettant de conserver ses propriétés dans le temps, devrait soigneusement éviter les compositions contenant de la glycérine végétale, dont l’emploi fréquent à des doses trop importantes pourrait entrainer des effets contraires à son action thérapeutique initiale.


N'hésitez pas à demander conseils au laboratoire Perfect Health Solutions au + 33 1 76 38 20 18 ou consultez le site internet Perfect Health Solutions.


Sources 

https://www.mdpi.com/1660-3397/17/6/362

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6627414/

https://www.mdpi.com/1420-3049/26/16/4711

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9698742/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9601608/

https://europepmc.org/article/MED/36355019

https://www.nature.com/articles/srep34564

https://link.springer.com/article/10.1186/s12885-015-1784-x

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6915779/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9030732/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9101960/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC10144176/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9185767/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4948198/


Phycocyanine dans le traitement des cancers
Dr. Schmitz 21 décembre, 2023
Archiver
La famille, source de joie et de partage