Existe-t-il des traitements naturels contre l'hypothyroïdie ?


La thyroïde est une glande située à la base du cou, juste en dessous du larynx. Elle a une forme de papillon.[1]
Elle pèse 15 à 20g, ce qui en fait la plus grande glande endocrinienne du corps humain.[2,3] Elle produit différentes hormones : 

  • la thyroxine (T4)
  • la triiodothyronine (T3), 
  • la calcitonine, 
  • la T1 (monothyronine), 
  • la T2 (diiodothyronine), 
  • la rT3, qui est la forme inactive de T3. 

La rT3 sert de réserve de T3 pour le corps. De toutes ces hormones, la T4 est la plus connue. Elle représente 80% des hormones produites. Le reste est essentiellement de la T3.[1,2]

La quantité d’hormones thyroïdiennes à produire et à sécréter dans le sang est contrôlée par deux zones du cerveau : l’hypothalamus et l’hypophyse.[1]

La thyroïde, métronome du corps humain

La thyroïde a une influence directe sur de nombreuses fonctions du corps. Elle contrôle le système endocrinien ou hormonal, c’est-à-dire le système de communication chimique du corps.[3,4] Les informations passent par le sang et sont déployées dans l’ensemble du système. La thyroïde, et les hormones qu’elle produit, jouent notamment sur[2,3] :

  • la respiration ;
  • le rythme cardiaque ;
  • la prise de poids ;
  • l’humeur 

L'hypothyroïdie est une maladie liée à une trop faible sécrétion d’hormones thyroïdiennes. À l’inverse, l'hyperthyroïdie est liée à une surproduction hormonale.

Des solutions naturelles existent, comme le Moducare C du laboratoire Perfect Health Solutions. Moducare C est un modulateur pour renforcer l'immunité. ​Moducare C est indiqué en cas d'hypersensibilité vis-à-vis de certains aliments ou d'hyper-réactions de la peau ou de la respiration au contact de poils ou des poussières de maison.

Comment se manifeste l'hypothyroïdie ?

Les symptômes peuvent être nombreux et variés. Cela peut être par exemple[1,2] : 

  • de la fatigue, 
  • une sensibilité renforcée au froid, 
  • une voix très basse, 
  • de la constipation, 
  • des réflexes plus lents, 
  • une peau plus sèche, 
  • des cheveux qui s’affinent, 
  • un corps qui gonfle, notamment le visage, 
  • le poids qui augmente, 
  • les muscles qui font mal,
  • des articulations douloureuses, 
  • une perte de mémoire,
  • un taux de cholestérol élevé,
  • un rythme cardiaque ralenti,
  •  une tension artérielle basse,
  • la dépression. 

Chez les femmes, cela peut aussi se traduire par des règles irrégulières ou importantes. L'hypothyroïdie est parfois associée à des problèmes de fertilité.[1,2]

Diagnostic délicat et errance médicale

La diversité de ces symptômes rend le diagnostic aléatoire. Et certains patients vont voir différents médecins avant de trouver la “vraie” raison de leurs difficultés. 

Parfois, il s’entendent dire que “c’est dans la tête”. Le problème de ces symptômes est que, pris séparément, ils peuvent correspondre à d’autres problèmes de santé. Par exemple, l’anémie - ou fatigue - peut être causée par le manque de sommeil, un stress important, un surpoids, une carence en fer ou en vitamine B12 ou simplement par les années qui passent.[3,4]

De même, la prise de poids peut être liée à un problème de thyroïde mais aussi au stress ou à des troubles digestifs, ou encore à une alimentation trop sucrée, ou tout cela à la fois.

À quoi est due l'hypothyroïdie ?

Si votre thyroïde se met à sous-fonctionner, ce n’est pas par hasard. Il existe des mécanismes qui déclenchent ce phénomène. Le premier concerne tout le monde : l’âge.[5]

Au-delà de 55 ans, le risque de souffrir d'hypothyroïdie est plus élevé. Il touche davantage les femmes que les hommes mais l’écart entre les sexes tend à se resserrer au fil des années. 

Vient ensuite l’auto-immunité. Dans ce cas, c’est votre propre système immunitaire qui s’en prend à votre glande thyroïde. Cela déclenche une inflammation. Et votre thyroïde n’est alors plus en mesure de produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes.[5]

Enfin, l’exposition aux rayons ou à de la radioactivité, comme cela avait été le cas après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, fragilise la thyroïde.[5]

Quels sont les traitements pour l'hypothyroïdie ?

Généralement, si votre médecin pense que vous avez des problèmes de thyroïde, il vous prescrira des analyses sanguines complémentaires. 

Si les craintes du médecin sont confirmées, il est probable qu’il vous prescrive des médicaments contenant de la lévothyroxine comme le levothyrox.[6]

Souvent ces traitements sont prescrits à vie même si, dans certains cas, comme une fragilité thyroïdienne liée à l’âge, cela peut-être évité. (5) Ces médicaments vous apportent des hormones thyroïdiennes de type T4.[4,5] Ce sont des molécules de synthèse.

Existe-t-il un traitement naturel ?

Pendant des années, en France, on soignait certains patients avec de la thyroïdine. Il s’agissait d’une poudre tirée de la thyroïde de porc séchée. 

Ce traitement n’est plus disponible depuis 2006. Au Canada ou en Belgique, les patients y ont accès. L’intérêt de ce traitement n’est pas tant le fait qu’il soit “naturel” mais qu’il dispose d’une palette d’hormones plus large que les médicaments chimiques. 

La thyroïdine contient, par exemple, de la T1 (monoiodothyronine), de la T2 (diiodothyronine), de la T3, de la TA et de la rT3 (ou reverse T3). Or chez certains patients minoritaires, les problèmes de thyroïde peuvent venir non de la T4 ou de la T3 mais d’une autre hormone.

Des solutions naturelles existent, comme le Moducare C du laboratoire Perfect Health Solutions. Moducare C est un modulateur pour renforcer l'immunité. ​Moducare C est indiqué en cas d'hypersensibilité vis-à-vis de certains aliments ou d'hyper-réactions de la peau ou de la respiration au contact de poils ou des poussières de maison.

La T2 pourrait aider à brûler le gras

Lorsque la T2 agit cela ressemble à ce que fait la T3. Peu d’études ont été réalisées sur la T2. Malgré tout, les travaux parus sur cette hormone ont montré que la T2 avait une fonction propre, indépendante de la T3.[4]

Chez les animaux, par exemple, la T2 aurait pour fonction de brûler du gras et d’augmenter la production d’énergie à partir de tissus adipeux gras. 

La prise de T2 favoriserait ainsi la perte de poids corporel et le pourcentage de gras.[4] Le fait que la T2 soit exclue des protocoles hormonaux standards pourrait expliquer pourquoi certains patients ne tirent pas de bénéfice particulier de ces traitements.[4]

Il conclut que l’usage d’extrait de glande thyroïdienne de source porcine ou bovine, autrement dit l’équivalent de l’ancienne thyroïdine, pourrait résoudre ce problème.[4]

Pour d’autres patients, le problème pourrait venir non de la T2 mais de la rT3.[4,6] Dans ce cas également, les extraits de thyroïde naturelle pourraient être utiles.[4,6]

Y a-t-il des aliments à éviter en cas d’hypothyroïdie ?

L’alimentation aide la thyroïde à maintenir ses fonctions normales.[7] Mais certains aliments freinent la production d’hormones tandis que d’autres la favorisent. 

Ainsi, les crucifères (choux et brocolis), les radis, les navets, le rutabaga ou le millet, habituellement si bons pour la santé, peuvent avoir un effet goitrogène.[7,8]

Cela signifie qu’ils bloquent l’activité de la thyroïde et qu’ils peuvent en faire augmenter le volume.[4,7] Cuire ces aliments permet de diminuer leur effet goitrogène.[7] Mais il faut aussi en limiter les apports. Vous pouvez soit réduire la portion que vous mettez dans votre assiette soit n’en prendre qu’une fois par semaine. 

De même, le soja, riche en isoflavones, pourrait nuire à l’activité de la thyroïde. Il est donc recommandé de ne pas consommer trop de tofu, de tempeh ou de lait de soja.[7,8] Enfin, le manioc, la patate douce et les pousses de bambou contiennent des thio-oxazolidinones. Ces substances bloquent l’usage de l’iode par la thyroïde. Il est donc préférable de ne pas en consommer trop.[7,8]

Faut-il pour autant éliminer tous ces aliments ? 

Cela dépend vraiment de vous, de votre spécificité et de votre dialogue nourri avec vos thérapeutes : médecins ou nutritionnistes. Quels sont les aliments utiles à la production d’hormones thyroïdiennes ?

À l’inverse, les aliments qui apportent du zinc, du sélénium ou de l’iode devraient favoriser le bon fonctionnement de la thyroïde.[8,9] Le zinc et le sélénium interviennent dans le fonctionnement des hormones, tandis que l’iode en augmente la production.[7,9]

Les algues riches en iode et les noix du Brésil riches en sélénium sont donc utiles pour aider votre thyroïde à fonctionner tandis que les huîtres et le zinc qu’elles contiennent sont un plus ! [8,9]

Les œufs bio issus de poules nourries aux graines de lin vous apportent des omégas 3 et du sélénium présent dans le jaune.[7]

Les abats, c’est-à-dire le foie, les rognons, la cervelle, etc., malgré leur goût prononcé, sont une source sûre de sélénium.[7,8]

Enfin, les légumineuses bien rincées (une nuit dans l’eau) sont également utiles pour votre thyroïde.[7]
Les aliments riches en vitamine C comme le persil, le thym, les fruits rouges, les citrons et les agrumes sont excellents pour votre santé et aident votre corps à absorber le sélénium.[7] Ils agissent donc eux aussi pour aider votre thyroïde à mieux fonctionner.

Le mode de vie a-t-il un effet ?

Le stress augmente l’activité de la thyroïde.[4] S’il devient chronique, ce stress nerveux augmente la pression sur la thyroïde et l’ensemble du système endocrinien. 

Or, une suractivation de la thyroïde peut provoquer une hypothyroïdie.[4,10,11] Le système immunitaire peut même décider de l’attaquer pour la calmer. C’est une réaction auto-immunitaire.[10]

De même, une activité physique trop intense peut affecter la circulation, voire la production des hormones thyroïdiennes.[12]

L’idéal donc en cas d'hypothyroïdie est d’adapter votre activité physique à vos besoins et vos capacités. Toutefois, maintenir une activité physique comme la marche en forêt vous fera du bien, notamment en apaisant vos niveaux de stress !

Et sinon faites confiance au laboratoire Perfect Health Solutions, avec le Moducare C.


M.D. 17 janvier, 2023
Étiquettes
Archiver